Journée Explora, 25 septembre 2021

 

Contexte

Ce chapitre a été élaboré dans le cadre de la journée Explora. Vous y trouverez quelques exemples concrets de la philosophie Autism&Uni

En quoi cela pourrait-il me concerner?

La plateforme www.unifr.ch/go/autism donne aux 0,5% des universitaires autistes, à leurs pairs et enseignants des clés de compréhension pour vivre, travailler et étudier ensemble par le biais d’une évidence: Excellence ≠ conformité. Et vous, quelle est votre différence? C’est la question qui a été posée aux visiteurs d’Explora, la journée porte-ouvertes de l’Université de Fribourg.

Conseils pratiques

« Je le déteste quand les gens viennent trop près de moi pour me parler. »

Nous avons tous besoin d’un certain espace personnel pour nous sentir à l’aise dans le contact avec d’autres personnes. Chez les personnes autistes, cet espace personnel peut être plus ou moins grand que d’habitude.

Que faire si vous rencontrez quelqu’un avec cette difficulté ? Vous pouvez communiquer explicitement si la proximité ne vous semble pas adéquate.

 

« Je n’arrive pas à me concentrer sur une conversation quand il y a trop de bruit autour. »

Pas besoin d’être malentendant pour avoir de la peine de suivre des conversations dans des endroits où il y a beaucoup de bruits de fond comme dans une mensa, à la gare ou dans un café. Le cerveau de certaines personnes autistes ne filtre pas ce qu’elles entendent, donc tous les sons entrent avec une même intensité. Cela peut rendre les interactions sociales difficiles et fatigantes.

Que faire si vous rencontrez quelqu’un avec cette difficulté ? Vous pouvez proposer de chercher un endroit calme pour avoir des discussions plus longues ou importantes.

 

« Je me fais beaucoup de soucis pour des changements à venir, j’ai peur de l’inconnu. »

Craindre de ne pas trouver la salle pour le premier jour de cours à l’uni, de ne pas savoir comment cohabiter en collocation, ou encore découvrir le fonctionnement de la bibliothèque universitaire … autant de nouveautés quand on commence la vie d’étudiant·e. Pour les personnes autistes, même les petits changements peuvent provoquer du stress.

Que faire si vous rencontrez quelqu’un avec cette difficulté ? Vous pouvez proposer à votre ami autiste de l’accompagner pour trouver une nouvelle salle de cours, avertir des changement de programme bien en avance et si possible garder les mêmes routines pour le travail en commun.

 

« Quand un sujet ne m’intéresse pas vraiment, j’ai du mal à me motiver à écrire un travail là-dessus. »

Nous travaillons tous plus facilement avec une motivation intrinsèque par le sujet concerné. Comme les personnes autistes ont souvent des intérêts spécifiques et intenses, il peut leur être difficile de se lancer dans un travail sur des sujets en dehors de leur passion. De même, il peut être compliqué pour elles d’arrêter de travailler si le sujet les passionne.

Que faire si vous rencontrez quelqu’un avec cette difficulté ? Vous serez d’une grande aide si vous vous mettez d’accord sur les raisons qui justifient ce travail et si vous explicitez les conditions organisationnelles du travail de groupe (qui fait quoi quand comment)

 

« Lorsque je suis à une fête, je ne sais parfois pas comment communiquer avec les autres personnes, tandis que tout le monde semble interagir naturellement. »

Pour les personnes autistes, il peut être plus difficile de gérer des situations sociales et de maintenir des amitiés. Cela peut provenir des difficultés à interpréter les règles de la conversation sociale, ou par d’un besoin de franchise et de simplicité des relations sociales.

Que faire si vous rencontrez quelqu’un avec cette difficulté ? Vous pouvez offrir un espace de discussion en plus petit groupe ou autour d’un thème ayant un objectif plus spécifique qu’un small talk.

 

« Pour être honnête : souvent je préfère travailler seul·e qu’en groupe. »

Même si le travail en groupe peut être amusant en enrichissant, cela peut aussi être un défi. Les difficultés peuvent provenir du traitement des informations orales, du besoin d’exactitude, du traitement de la sur-sollicitation des compétences sociales dans ces moments (donner son opinion, exprimer son désaccord, écouter les idées des autres, orienter la réflexion vers la solution etc).  On sait par exemple que le niveau académique des étudiants autistes est souvent bon mais ce sont leur difficultés non-académiques qui les pénalisent (par exemple sociales ou ou organisationnelles)

Que faire si vous rencontrez quelqu’un avec cette difficulté ? Vous savez aussi que ces moments en groupe sont un challenge. Avant de se lancer dans le travail à proprement parler, il peut s’avérer utile de convenir des règles de communication, du rythme de travail, des forces de chacun et donc de la répartition des rôles. Mettre les informations importantes par écrit est toujours une bonne idée aussi.

 

« Ça me perturbe quand les gens s’appellent par des surnoms. »

Comme les personnes autistes ont tendance à prendre littéralement ce qui est dit, elles rencontrent souvent des difficultés à comprendre des blagues, des dictons et à être à l’aise avec les surnoms.

Que faire si vous rencontrez quelqu’un avec cette difficulté ? Essayez de parler le plus concrètement possible, utilisez toujours les vrais noms pour indiquer avec qui ou de qui vous parlez, explicitez les surnoms et évitez les mimiques difficiles à interpréter pour des personnes autistes.

 

« Quand j’ai beaucoup à faire, je préférais m’enfermer et seulement faire mon hobby. »

La quantité de travail et la planification du travail autonome est une source de stress pour tous les étudiants. Cela peut donner le sentiment d’être submergé·e et impuissant·e. Cela peut en conséquence donner envie de procrastiner ou de se réfugier dans des activités connues et plaisantes. Pour les étudiants autistes, cette difficulté peut être décuplée en raison des difficultés exécutives ( planifier, prédire la conséquence d’une action, diviser la tâche en sous-tâches nécessaires pour arriver un but).

Que faire si vous rencontrez quelqu’un avec cette difficulté ? Vous pouvez soutenir une personne rencontrant ces difficultés en établissant avec elle un échéancier composé de tâches précises et datées pour atteindre l’objectif.

 

« Parfois je me perds dans des détails, et j’ai du mal à voir l’ensemble. »

Avoir de l’attention pour les détails est un point fort dans beaucoup de situations. Mais quand on n’arrive plus à garder en tête l’idée principale, cela devient problématique. Beaucoup de personnes autistes remarquent bien de petits détails grâce à leurs capacités de perception, mais cela constitue également un obstacle si elles n’arrivent pas à tenir compte de l’ensemble.

Que faire si vous rencontrez quelqu’un avec cette difficulté ? Valorisez cette compétence et essayez de trouver ensemble des tâches pour lesquelles il est utile de pouvoir se concentrer sur les détails. Offrez une structure claire par étapes pour ne pas perdre de vue l’ensemble.

Questions à se poser

Selfie corner proposé lors de la journée Explora

Informations complémentaires

  • https://events.unifr.ch/explora/fr/explora/journee.html

À propos de l'auteur

Cet article a été rédigé en collaboration avec Elisabeth Oudman et nous l’en remercions.